Success Story Elodie – 20 000€/trimestre en moins d’un an !

par | Mar 1, 2021 | Sucess Story Entrepreneure

Hello,

Je te retrouve aujourd’hui pour un boost de motivation avec Elodie d’Objectif Lune Coaching que j’ai interviewé en février 2019.

Elle a eu une évolution exponentielle, elle m’avait vraiment inspiré à l’époque.

Et quand je vois où elle en est aujourd’hui, c’est juste impressionnant.

Je te laisse avec l’audio ou le résumé de l’Interview juste en dessous pour un shot de motivation immédiat !

Est-ce que tu peux te présenter ?

Je m’appelle Elodie, j’ai 30 ans, et j’accompagne les femmes en projet de reconversion vers l’entrepreneuriat et les entrepreneurs à développer une activité alignée.

Et tu accompagnes que les femmes ?

Oui, j’ai une clientèle exclusivement feminine.

Au départ c’était parce que je n’attirais que les femmes.

Et puis finalement, je me suis rendue compte que j’étais vraiment engagée envers les femmes à différents niveaux notamment pour tout ce qui concerne l’abondance financière, le rapport à l’argent.

Chez beaucoup de femme, c’est compliqué. Elles ne s’autorisent pas à gagner de l’argent, ou alors elles se reposent sur leur conjoint ou s’interdisent de gagner de l’argent car leur mère ou leur grand-mère n’en n’avait pas.

Je les aide également à s’épanouir dans l’activité qu’elles font, à s’épanouir en tant que femme.

Aujourd’hui c’est mon cheval de bataille.

Quand as-tu commencé ton activité ?

J’ai commencé fin Avril 2018.

Avant j’étais fleuriste.

A priori rien, ça n’a rien à voir mais il y a quand même des points communs.

J’étais en contact avec des gens toute la journées.

J’aimais apporter du bonheur aux gens.

J’ai eu toujours la fibre sociale. J’ai fait des études d’assistante sociale, j’ai aussi été pendant un an éducateur de jeunes enfants mais je sentais au fond de moi que ce n’était pas ça que j’avais envie de faire.

Il y avait beaucoup d’administratif, je me sentais enfermée, pas à ma place.

Et j’ai eu envie de leur apporter plus.

Quand j’ai commencé à être fleuriste, j’ai toujours su que je n’allais pas faire ça toute ma vie, je ne pourrais pas t’expliquer pourquoi.

Et aujourd’hui, avec le métier de coach tu es sûr ?

Pour moi le métier de coach c’est une base à laquelle j’ai envie d’apporter plein d’approche qui m’intéressent.

J’ai vraiment envie de créer mon truc à moi.

Là par exemple, je suis en train d’apporter une dimension énergétique au coaching.

Ça me permet d’aller beaucoup plus loin notamment au niveau des peurs, des croyances…

Si j’ai envie de faire d’autre chose, je souhaite pouvoir l’amener dans ma pratique.

Je ne suis pas enfermée dans ma case de coach. J’ai besoin de cette liberté.

Je veux que ça soit très flexible et très souple.

Comment as-tu découvert le métier de coach?

En Septembre 2017, je sentais que le métier de fleuriste, ça n’était pas ça.

Ça faisait 6 ans que j’étais dans la même boite et je sentais que j’avais le tour.

Je me suis posée, j’ai réfléchis.

Je pensais que me retrouver chez moi, au chômage allait être un enfer.

Et puis finalement non. J’ai commencé à faire des recherches.

Dans le même temps, j’ai sorti mon blog où je parlais de la reconversion car je me sentais très seule, très isolée.

Personne n’était dans cette problématique autour de moi et je sentais que j’avais besoin de prendre un virage à 180°. Ma famille et mon chéri me soutenaient mais je sentais que j’avais besoin d’échanger avec d’autres femmes.

En allant chercher, je suis tombée sur le site d’une femme qui était passée d’informaticienne à coach. J’ai trouvé ça formidable et là, ça a été comme une évidence. Je me suis dit “voilà, c’est ça que je dois faire”.

J’ai ensuite été à la rencontre d’autres coach ce qui a confirmé mon envie.

Quelles ont été tes sources d’inspiration ?

Je n’ai pas besoin de m’appuyer sur d’autres personnes. Je suis assez fonceuse quand je sens que je suis sur la bonne voie.

Mais je tire mon inspiration de plein de choses.

L’inspiration, on peut aller la chercher partout et notamment chez les gens qui sont passionnés par ce qu’ils font.

Quelques entrepreneures m’ont quand même inspiré : Lyvia Cairo, Melissa Mayer et sa méthode succès infini, Henriette Nendaka.

Mais je n’ai pas énormément de mentor. J’aime bien regarder ce que font les autres mais je n’y passe pas non plus mes journées.

C’est important d’avoir quelques personnes piliers mais pas non plus passer sa vie à regarder ce qu’ils font.

En combien de temps tu as pu vivre de ton activité ?

J’ai eu la chance d’avoir mes 3 premières clientes tout de suite, dès mon premier mois d’activité grâce à mon blog sur la reconversion.

Mais pour vraiment en vivre, à partir de Septembre 2018.

J’ai commencé à coacher bien avant d’avoir fini ma formation.

Je me suis lancée 3 mois après ma formation de coaching qui durait 9 mois.

Au début, j’avais prévu de prendre un petit mi-temps à côté le temps que ça prenne et en faite je n’en ai même pas eu besoin !

Je ne suis jamais retournée au salariat.

Aujourd’hui, je n’ai ni l’envie, ni le besoin de retourner.

Quels investissements financier as-tu fait au départ ?

7000€ dans ma formation de coaching. C’était énorme pour moi.

Je me suis aussi rachetée un très bon ordinateur environ 2000€.

J’ai également investi 2000€ dans ma formation énergétique.

Et puis d’autres formations pour me développer.

Sur une année, j’ai dû dépensé entre 10 000 – 15 000€.

J’ai investi toutes mes économies que j’avais sur toutes mes années de salaritat, même un peu plus.

Je ne me suis pas laissée le choix quant au fait que ça fonctionne.

Je n’avais plus rien donc je me suis dit : “il va falloir y aller pour que ça marche ma grande !”

On me disait “ça va prendre 2 ans, tu vas pas pouvoir te développer tout de suite, en plus toi t’es sur du live coaching, si t’avais été en présentiel ça aurait été différent mais là…”

On m’a même dit “faut que tu te vieillisses, t’as l’air trop jeune”, et j’étais là “mais comment je vais faire ???”

Je partais en me disant que j’allais essayer de ne pas écouter tout ce qu’on me disait.

Je me disais : “je vais faire mon expérience et on verra même si ça fait flipper”.

Je me suis rendue compte que c’était les croyances des autres et que j’allais faire à ma sauce… Au final ça a fonctionné.

Il faut croire en soi.

Quelles difficultés as-tu rencontré ?

Il y a eu des moments où j’avais des doutes, où j’avais peur mais très vite, je me suis dit, va là où tu as peur.

Je me suis rendue compte que quand j’allais exactement là où ça me faisait peur et que je posais l’action qui me faisait peur, c’est souvent là qu’il se passait des trucs incroyables.

Je n’ai pas vraiment eu de moment de ras-le bol où j’ai pensé à tout arrêter car mon activité s’est développé de façon exponentielle en très peu de temps.

Et puis, j’ai développé une certaine foi en la vie.

Ce qui doit se passer se passera.

Si je ne relâches pas mes efforts, je vais récolter le fruits de mon travail.

Le mois de Septembre 2018 a été assez difficile, frustrant.

J’arrivais dans une nouvelle ville que je ne connaissais pas, je n’avais pas de repère, je ne connaissais personne à part mon chéri.

J’avais mis en standby mon activité pendant 2 mois, je ne savais pas trop comment relancer la machine mais j’ai su surmonter ça.

C’est normal qu’il y ait des moments où tu as l’impression de stagner, où tu ne sais plus comment avancer.

Ce sont en faites des moments charnières.

Si tu as la capacité de t’en sortir et de te remettre en question, c’est là où tu vas pouvoir atteindre le palier suivant.

Mais si tu te décourages, au contraire, tu risques de tomber le pied dans le descente infernales.

Quel est ton CA annuel ?

Te parler de mon CA annuel ne serait pas représentatif puisque ça ne fait pas un an que je suis lancée.

Mais je peux te donner mon objectif trimestriel sur janvier-fevrier-mars 2019.

C’est 20000€ de CA et je vais probablement l’atteindre.

Est-ce que tu investis toujours sur toi ?

Je n’ai pas encore investi dans un coaching car je vise une coach haut de gamme qui exige un certain niveau de revenus et qui pourras m’amener encore plus loin.

Je n’investis plus trop dans les formations, mon objectif c’est vraiment de me faire accompagner.

3 conseils que tu donnerais à tout ceux qui voudrait se lancer

  1. Ne pas écouter la peur. T’inspirer de ton mentor et te dire “qu’est ce que mon mentor ferait à ma place?”. Est-ce qu’elle abandonnerai ? Non, elle trouverai une solution pour s’en sortir.

2. Ne ne pas absorber les peurs des autres. Quand tu as peur, c’est aussi souvent parce tu absorbes ce que tous les gens vont te dire comme “ça va mettre 2 ans, ça va être difficile”. Va où tu as envie d’aller et essaye. Dis toi qu’au pire, tu auras essayé. Faire ta propre expérience et n’aies aucun regrets.

Il faut lâcher ce besoin de contrôle. C’est impossible d’être sur et certaine que ça ne bougera plus. C’est la vie. Quelque chose qui est figé c’est quelque chose qui est mort. Tu ne peux pas figer la vie.

3. De s’entourer de personnes inspirantes, et pas que de mentor. Avoir des amis entrepreneurs auxquels tu peux parler de tes difficultés. C’est hyper précieux. C’est important d’avoir un entourage bienveillant. Des gens qui vont te comprendre et t’écouter.

Mon petit commentaire 2 ans après…

Elodie, je l’ai suivi dès son lancement.

Ce qu’on ne voit pas dans cette interview c’est tout le travail qu’elle a abattu pour en arriver là.

Je l’ai observé lancer plusieurs projets qui n’ont au final pas aboutis.

Je l’ai vu faire des partenariats, de l’affiliation pour se faire connaitre.

Je l’ai vu faire ses premiers lives.

Je l’ai vu changer et rechanger son site Internet, modifier ses offres à plusieurs reprises.

Augmenter ses tarifs au fur et à mesure de tous les retours positifs qu’elle avait.

Honnêtement, si elle en est là, ça n’est clairement par hasard.

Elle a énormément bosser pour ça et elle croyait en elle !

Comme elle le dit elle même, elle n’avait pas le choix. C’était un pari risqué qu’elle a fait et elle a réussi.

2 ans après cette interview, j’ai ouïe dire qu’elle était aujourd’hui à 60 000€/mois et elle a une communauté juste dingue.

Son évolution et juste wahou…

Prends en de la graine et passe à l’action, elle nous a montré que tout était possible !

Top 10 des erreurs commises par les entrepreneures sur leur site Internet… Et comment les corriger !

⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️

Mes derniers articles

Quel moyen de communication va propulser ton activité en 2021 ?

Pour avoir des clients, il faut être visible, démontrer son expertise et tisser un lien avec son audience. Et pour cela, pas de recette miracle, il te suffit juste de communiquer. Le plus souvent, c'est à dire tous les jours, c'est le top. Et je t'assure que si tu...

Le plus gros problème des entrepreneurs débutants

Quand on débute dans l'entrepreneuriat sur le web, on ne s'imagine tout ce qui nous attend. Personnellement, je pensais que ça serait tellement plus facile... Quand je me suis lancée en tant que freelance mi-2018, j'avais près de 10 000€ de côté... Et j'ai fait une...

10 palettes de couleurs sublimes pour ton site internet

Choisir les couleurs de son site Internet, c'est aussi choisir les couleurs de tous tes supports de communication. Dans l'idéal, avant de te pencher sur la question, il faut que tu réfléchisses d'abord à ton identité visuelle. Celles que tu utiliseras sur tous tes...

Tu aimeras également…

Pin It on Pinterest